L'inconnu

Silent Hill Downpour : le test … flippant

Tests
Par Hyeno, le 30 mai 2012 1
silent hill downpour Mon nom est Murphy. Murphy Pendleton. Les lignes qui suivent, comme écrites dans le sang de ma peur, racontent mon histoire. Ma traversée. Celle de Silent Hill. Je suis enfermé depuis un moment. La cellule de ce pénitencier, que je ne connais que trop bien, m’apparaît depuis plusieurs mois plus accueillante. Je ne vous dirai pas pourquoi je suis ici mais sachez simplement qu’entre ces murs, j’ai fait couler le sang d’un homme. Il le méritait. Me voilà alors transféré dans une autre bourgade, une nouvelle prison, un nouveau "chez moi", accompagné d’autres gus autant emprisonnés dans leur folie que mon être dans la dépression. Le trajet se fera en bus. Un cercueil à quatre roues. Des images me reviennent. Mon fils. Ma famille. Mon drame. Évidemment, et comme dans toutes les bonnes histoires, le véhicule n’arriva pas à destination. Perte de contrôle, accident, je suis livré à moi-même. Mon aventure peut alors commencer.

Réveil difficile

Le choc fut terrible. Suis-je le seul survivant ? Peut-être. Je suis débout, errant comme un pantin désarticulé au regard trouble. Très vite, je me retrouve à gambader pour trouver mon chemin à la lisière d’une ville. Le monde est bien plus ouvert que ce que proposaient les derniers épisodes de la saga. Ici, je dois me débrouiller seul. J’ai sur moi un petit livret où je place les indices, range les cartes ou inscris les objectifs. Heureusement, car rien à l’écran viendra m'aider. Pas de boussole, pas de flèche géante magique m’indiquant ma direction, rien. L’aspect exploration est donc poussé à son paroxysme. J’ai dû regarder, fouiller, et tourner en rond pendant des heures plus d’une fois avant de trouver mon chemin. Parfois, il suffisait de passer par une faille dans un mur alors que je cherchais désespérément à ouvrir une maudite porte. J’ai cru que j’allais devenir fou … ou du moins, plus que je ne l’étais déjà. Mais cet aspect de gameplay m’a permis de découvrir cette ville, Silent Hill. Je pouvais parcourir les rues, entrer dans certaines bâtisses et même remplir une multitude de quêtes secondaires. En fait, j’ai aimé me perdre. Découvrir les tréfonds de cette bourgade infernale.

C’est moche mais c’est beau

Graphiquement, la qualité de mon voyage laissait à désirer. Textures étranges, ralentissements incroyables (voire impardonnables sur les consoles actuelles) ... Heureusement les musiques et certaines cinématiques donnaient un cachet cinématographique très réussi à l’ensemble.

Combats d’un autre âge

Durant mes promenades, si on peut les appeler comme ça, il m’est arrivé de rencontrer des formes de vie étranges. D’apparence humaine, ces dernières ont essayé plus d’une fois de m’arracher la vie à coups de griffes, de dents ou d’ustensiles que je ne pourrais décrire. Sauf que ces bestioles n’ont pas suscité l’effroi des premiers épisodes, pour plusieurs raisons : leur IA est proportionnelle à une huitre malade, leur design manque d’originalité et leurs animations sont trop mécaniques. Autre point sensible de mon aventure, les combats. Il m’était impossible de verrouiller efficacement mes cibles, donnant alors à ces affrontements un arrière-goût pestilentiel. Heureusement, toujours dans un souci d’immersion totale, j’ai pu récupérer plusieurs armes rallongeant mon espérance de vie. De la canette de bière à la simple brique, en passant par l’extincteur, la hache (essentielle pour pouvoir détruire des barricades et ouvrir certaines portes), le pistolet à clou ou le fusil de chasse, mon armurerie s’avérait plutôt vaste. Hélas, je ne pouvais emporter avec moi qu’une arme à feu accompagnée d’une seconde létale. C’est tout. Ces dilemmes qui s’offraient à moi à chaque nouvelle trouvaille me faisaient douter de mes choix pour la suite de mon périple. C’était si … savoureux. Étrangement, l'eau me suivait, me hantait, m’obnubilait. Et parfois même, alors que ce liquide m'entourait, le monde changeait de forme. Les tréfonds de la ville se présentaient à moi, un environnement rouillé, mécanique et sanglant m'ouvrait ses portes. Pendant ces instants, une forme étrange me poursuivait. Je devais alors courir dans un labyrinthe, trouver mon chemin, m'échapper avant que cette ... chose ne m'attrape et ne m’adsorbe. Sans barre de vie, les dégâts que j'encaissais se dévoilaient sur mon corps, laissant apparaître des marques, balafres ou autres plaies sanglantes à la vue de tous. Heureusement, des trousses de soin m'ont permis de tenir le coup. Beaucoup d'entre vous se posent surement cette question : ai-je eu peur ? La réponse est ... oui. Pas de grands sursauts mais plutôt une angoisse omniprésente. Certaines scènes arrivant même à me donner quelques frissons ...

Des obstacles énigmatiques

Afin de ralentir mon ascension vers la lumière, plusieurs énigmes se sont dressées sur mon chemin. De manière générale, elles étaient plutôt simples à résoudre et ne m’ont pas embêté longtemps. La principale difficulté venait en fait de la collecte de certains éléments, bien cachés dans les méandres de la ville, qui pouvaient me donner un sérieux mal de crâne. Heureusement, j’ai pu choisir, avant de commencer mon aventure, la difficulté de ces dernières ainsi que le niveau global de mon intrigue. Image de prévisualisation YouTube
Points forts
  • Le renouveau de la saga ?
  • Silent Hill comme vous ne l'avez jamais vu ...
  • Il faudra vraiment "survivre"
Points faibles
  • Les graphismes ... et les ralentissements
  •  ... mais on tourne en rond pendant des heures
  • Les ennemis
  • Les combats

La lecture c'est pas ton truc ? Résumé pour toi...

Cette histoire et cette traversée n'étaient pas parfaites. Mais dans ce monde de fous, j'ai découvert de nouvelles sensations, le renouveau de Silent Hill. Non pas une suite, mais comme un nouveau départ, une nouvelle orientation. De manière plus globale, le tout s'est avéré plaisant à vivre. À réserver seulement à ceux qui désirent errer pendant de longues heures dans la ville à la recherche de la vérité. Maintenant que vous avez lu mon oeuvre, mon ouvrage, que vous avez eu vent de ma folie ... vous êtes désormais prisonnier de la ville. Vous voulez vous échapper ? C'est simple, il faut partager ce test pour envoûter une autre personne ... ou je viendrai visiter votre domicile avec une hache que j'ai savoureusement gardé entre mes mains fébriles.

Ce qu'en pensent les gens !   (1)

  1. anonymous
    30 Mai 2012, 18h33

    Pour les points faibles  » mais on tourne en rond pendant des heures » vous avez entièrement raison et puis c’est comme ça dans tout les silent hill enfin j’en ai joué qu’à deux mais je pense que c’est comme ça dans toute la sage, sinon il a l’air par mal ayant jouer au précédent shaterred memories je crois c’est peut-être qui se trouvera dans ma collection à sa sortie.

Quelque chose à ajouter ?

Ton adresse email ne sera pas affichée sur le site ! Les champs suivis d'un * sont obligatoires Wink

©2011 1fotech Krew ! Kawabunga !