L'inconnu

World of Tanks Xbox 360 Edition : notre test en milieu hostile

Tests
Par Hyeno, le 16 février 2014 0

world of tanks sur Xbox 360
World of Tanks débarque enfin sur Xbox 360, après un long mois de bêta. Que vaut cette version console ? Pour le savoir, grimpez dans notre char !

Avec plusieurs millions de joueurs sur PC, Wargaming a réussi l’impensable : faire d’un jeu de chars d’assaut l’un des titres les plus joués sur la toile en 2013. La recette du succès était simple, mais encore fallait-il y penser : produire un jeu free-to-play, où chaque joueur peut choisir un tank pour se castagner la tronche en ligne, sur des cartes immenses. Rajoutez-y quelques combines de customisation et le tour était joué.

Une vie de Tank

Au début de votre carrière, vous n’avez le droit qu’à quelques petits tanks, plus ou moins rapides, ayant une puissance de feu relativement fade. Avec le temps, l’expérience et l’argent virtuelle gagnée, vous pourrez jeter votre dévolu sur d’autres machines, bien plus aptes à faire tout péter sur votre passage. Pour les plus pressés, comme tout bon F2P, il est possible de sortir la carte bleue et échanger quelques euros contre de la monnaie du jeu.

Tank Tank Tank, qui est là ?

Le portage du titre sur Xbox 360 propose en tout une centaine de chars tout droit venus d’une des trois nations suivantes : USA, Allemagne et Angleterre. 7 cartes différentes sont également au programme des réjouissances. C’est d’ailleurs là l’un des premiers défauts du titre. Même si d’autres véhicules et terrains seront disponibles par la suite, via des mises à jour ou DLC, les cartes et les modes sont trop peu nombreux pour pouvoir réellement renouveler l’expérience de jeu.

La prise en main se montre elle aussi relativement difficile, même si quelques heures de jeu atténueront le malaise. En effet, à moins d’être habitué à piloter un Warthog dans Halo, les néophytes se verront surement galérer de longues parties avant de pouvoir arpenter une  conduite fluide et gracieuse. De plus, doté d’un didacticiel relativement court, le titre mettra les jeunes pilotes face à leur manque de pratique, le reste des commandes et des « astuces » étant dévoilées au fur et à mesure dans des vidéos ou pendant les temps de chargement.

Pour terminer rapidement le tour des jérémiades, même s’il est gratuit, le Gold est obligatoire pour pouvoir accéder au titre : un comble pour un jeu qui se veut « Free to Play ». Si vous ne voulez absolument rien payer, il faudra alors retourner sur PC.

Toto, un Tank ça sert à quoi ?

Malgré ces quelques défauts, World of Tanks se montre relativement prenant. Les graphismes sont plutôt corrects et si on fait abstraction de quelques bruits de moteur, la bande-son se voit dotée d’un rendu agréable. Véritable défouloir ou jeu tactique (selon le style de jeu de chacun), ce portage profite déjà d’une grande communauté et de bases solides liées à la version PC.

Les différents chars d’assaut pourront ravir tous les types de gameplay : sniper avec l’artillerie, rush avec les véhicules rapides ou encore « tank » avec les chars lourds. Au fil des parties, le joueur emmagasinera de l’expérience lui permettant d’avoir accès au reste du contenu proposé par le titre.

Bref, pourquoi chercher à faire compliqué quand on peut faire simple ? C’est un peu la phrase maîtresse du titre qui, sans pour autant vous procurer un effet « Wahou », vous fera passer de belles petites heures à faire exploser des boîtes de métal. Que demander de plus ?

La lecture c’est pas ton truc ? Résumé pour toi…

World of Tanks Xbox 360 Edition souffre en effet de quelques éléments mineurs qui auraient peut-être pu gâcher l’expérience de ce portage… mais il n’en n’est rien. Le titre se montre relativement fluide, agréable à jouer (après quelques heures de jeu) et surtout très addictif. Wargaming a réussi son pari : retranscrire l’expérience du jeu PC à la Xbox 360. Et franchement, on ne s’en plaint pas.

Quelque chose à ajouter ?

Ton adresse email ne sera pas affichée sur le site ! Les champs suivis d'un * sont obligatoires Wink

©2011 1fotech Krew ! Kawabunga !